Mazda frappe fort en présentant son MX-30, un petit crossover urbain dans la même zone tarifaire que la Renault Zoe, en faisant le pari du véhicule urbain par excellence.

Le Mazda MX-30 est beau, à la fois exotique et décalé avec d’originales portes arrières antagonistes. Mazda a bien constaté l’engouement pour les petits crossovers urbains, du Captur au T-Roc en passant par le Nissan Juke ou le Skoda Kamiq. Autant de véhicules qui ciblent une clientèle branchée cherchant à rompre avec les traditionnelles Clio, Golf ou Focus.

Nous n’allons pas vous présenter un énième essai façon Turbo, Auto-Moto ou Journal de l’Automobile, tout d’abord parce que nous n’avons pas eu la voiture entre les mains, mais surtout parce que ce qui nous parait le plus marquant dans l’offre que constitue la Mazda MX-30 c’est son positionnement

La MX-30 a été pensée pour être la seconde voiture du foyer, et c’est totalement assumé par Mazda qui n’hésite pas à le vendre comme tel dans sa communication. C’est cette approche qui a servi de fil rouge au constructeur dans l’élaboration de son premier modèle électrique et qui explique pas mal de choix, au premier rang desquels l’autonomie et le positionnement tarifaire.

Mazda Mx-30 électrique

La 1ere idée directrice, c’est que très peu de gens partent en vacance avec leur citadine, à fortiori électrique. Alors pourquoi s’embêter à embarquer de lourdes et onéreuses batteries pour faire la course à l’autonomie ? Qui parcoure vraiment plus de 200 km par jour ? Qui transporte quatre adultes quotidiennement ?

La 2eme idée directrice, c’est que la voiture qui sert à aller au boulot, chercher les enfants à l’école, à aller au resto … rentre au bercail toutes les nuits et pourra être rechargée tranquillement la nuit sur une Wallbox domestique.

Techniquement, la Mazda MX-30 propose une « petite » batterie de 35.5 kWh, offrant (en WLTP) une autonomie de 200 km en usage mixte, et jusqu’à 262 km en usage urbain. Sur autoroute, à 130 km/h, l’autonomie devrait s’établir autour de 120 km.

La voiture est bridée à 145 km/h dans le souci de ne pas gaspiller inutilement les précieux watts … et préserver vos 12 points ! Pour continuer dans les chiffres, la puissance réelle est annoncée à 145 ch (107 kW) et 271 Nm de couple disponible immédiatement.

Du coté de la recharge, le connecteur Type2 accepte une charge Courant Alternatif jusqu’à 7kW (prise domestique, wallbox, borne publique …). La MX-30 accepte aussi une charge rapide Courant Continu jusqu’à 40kW (borne rapide) permettant de passer de 20 % à 80 % de capacité en 36 minutes de charge.

Le seul bémol se situe au niveau du tableau de bord, hors du temps quand on songe qu’une Audi A3 e-tron proposait dès 2016 un « digital cockpit » et que MX-30 nous offre des compteurs analogiques à aiguille …

Tableau de bord Mazda Mx-30

La consommation moyenne annoncée est de 19 kWh/100 km mais qui peut probablement être optimisée en devenant virtuose du freinage régénératif avec les palettes qui permettent de choisir parmi quatre niveaux de régénération de batterie au freinage. Avec les deux niveaux les plus efficients, nul besoin d’utiliser la pédale de frein : un simple lâcher de l’accélérateur suffit à ralentir la voiture jusqu’à l’arrêt.

Des résultats de consommation et d’autonomie qui mériteront tout de même d’être vérifiés en hiver lorsqu’il faudra dégivrer la voiture le matin, rouler avec le chauffage et les essuie-glaces …

Le coup de maître de Mazda, c’est d’oser se positionner clairement sur un véhicule explicitement pensé pour un usage quotidien et de parier sur des recharges nocturnes à domicile, en heures creuses. Effectuer l’aller/retour au travail, emmener les enfants à leurs activités et faire les courses, voilà les trajets types du quotidien. Et en moyenne, les Européens ne parcourent pas plus de 48 km par jour. Il y a donc de la marge …

La Mazda MX-30 est proposée à partir de 34.650 euros : c’est à peine plus cher que la Renault Zoe Life de base (32.500). Les tarifs s’étirent jusqu’à 38.550 en finition haute. Il faudra déduire 6.000 euros de bonus de ces tarifs et une éventuelle prime à la conversion, si vous êtes éligible.

Proposer un crossover urbain sexy et décalé, confortable et exclusif dans la même gamme de tarifs qu’une citadine électrique, c’est là tout le génie de la Mazda.