Uber a annoncé son plan pour accélérer la transition vers les voitures électriques avec 800 millions de dollars pour aider ses conducteurs à passer à l’électricité.

Uber souhaite se montrer plus vertueux, probablement pour reconquérir les centre-villes et les grandes agglomérations, souvent critiques sur service.
Au plan mondial, l’ambition est d’être 100% électrique à l’horizon 2040.

En France, l’objectif est de 50% de véhicules électriques en 2025 et 100% en 2030. Plus contraignant encore, Uber va refuser tout véhicule diesel neuf dès le 1er janvier 2021, et plus aucun diesel du tout dès le 1er janvier 2022. Rappelons que Paris n’acceptera plus de véhicule diesel à partir de 2024.

Tesla Model S

Pour aider les chauffeur à financer des voitures 100% électriques, plus chères à l’achat, Uber va augmenter les prix de 3 centimes du kilomètres, et aider ses chauffeurs à hauteur de 3 centimes de son côté.

L’alliance Renault-Nissan a signé un accord qui permettra à Uber d’électrifier sa flotte, ainsi que ses trajets, dans toute l’Europe.

Le projet consiste donc à développer rapidement un écosystème qui simplifiera l’accès aux Renault Zoé et Nissan Leaf ainsi qu’aux futurs véhicules électriques de la gamme des deux constructeurs aux chauffeurs Uber et de lancer des actions conjointes de marketing et de sensibilisation. Uber s’est également entendu avec EDF et Power Dot pour faire bénéficier ses chauffeurs de tarifs réduits et/ou de bornes de recharge rapide réservées.