Carlos Ghosn, le PDG de Renault-Nissan, vient de sonner le glas du système d’échange de batteries « Better Place » sur les voitures du groupe: il ne croit plus à cette solution.

Carlos Ghosn estime en effet que l’échange de batterie en stations ne sera pas adopté par les consommateurs, qui préféreront garder une seule batterie fixe et permanente, non échangeables dans un lieu autre que les concessions du constructeur automobile. Comment ne pas y voir également un cadeau pour le réseau commercial …

Carlos Ghosn

Ceci dit, les difficultés de Better Place semblent lui donner raison. En effet, l’entreprise a fermé ses stations en Californie et en Australie pour se concentrer uniquement sur les marchés d’Israël et du Danemark, tandis que son PDG Shai Agassi a été remercié en octobre dernier. Il faut dire que le modèle économique Better Place était particulièrement fragile, avec un investissement de l’ordre de 1.000.000€ HT (hors terrain) pour construire chaque station d’échange, à mettre en rapport avec le coût d’une borne de recharge de nouvelle génération qui revient, selon les modèles, entre 10.000 et 20.000€ HT

Station d'échange de batteries Better Place

La seule voiture du groupe Renault-Nissan équipée pour l’échange de batterie restera donc la Renault Fluence ZE, qui n’est pas vraiment le modèle vedette de la marque, avec seulement 2 000 ventes au total depuis son lancement… Mais un nouveau modèle de Fluence ZE, avec autonomie améliorée, est annoncé pour le salon de Francfort…